accueil offres du mois meilleures ventes nouveautés coups de coeur contacts
Rechercher:

mon panier
Mon compte : Visiteur
e-mail: mot de passe:
  Chanson corse
Artistes & Discographie
Compilations
Enfants
Films DVD & Vidéo
Humour corse
Instrumental
Polyphonie

  RICORDU
Actualités
Le 1er studio en Corse
Les concerts
Studio Son
Studio Vidéo
Le site du premier éditeur de Musique Corse ...
mardi 11 decembre 2018
accueil / RICORDU

:: Parcourir la rubrique RICORDU ::

Le 1er disque Ricordu
Notre passion: l’image et le son depuis 1974
Quelques photos du site

Ricordu, una storia ... 40 anni

I. Ricordu, une histoire dans l’Histoire

40 années, c’est presque toute une vie, et quoi qu’il en soit un bien long voyage. C’est, aussi, la force de l’âge. Au terme de ses quatre décennies si intenses, Ricordu se penche sur le chemin parcouru pour mieux se projeter vers l’avenir. Dès sa création, Ricordu fut investi dans l’image et le son avec pour premier objectif de valoriser le patrimoine de l’île de beauté. Précurseur, créatif, engagé, sa réussite tient avant tout au fait qu’il a répondu à une nécessité profonde : dire et montrer la Corse. De façon continue, Ricordu a exploré cette voie guidée par deux exigences complémentaires : contribuer au développement culturel de l’île, et la doter des moyens techniques à la hauteur de cette belle ambition. De ce pari fou et apparemment impossible à l’origine, il a fait une réalité. Ce seul label représente aujourd’hui un gage de qualité aux yeux du public corse, et même au-delà. Animé par la passion et les convictions d’un homme, son fondateur et dirigeant Antoine Leonardi, Ricordu est une réussite collective, une aventure qui s’inscrit dans l’Histoire de la Corse, plaçant l’humain au cœur de son activité, et se nourrissant de l’amour qui unit un peuple et sa terre.

II. Musique : Au cœur du patrimoine corse

Un acteur du Riacquistu
C’est en 1974 que Ricordu produit son premier 45 tours, celui de François Orsini, intitulé « Retour en Corse », à Ajaccio, avenue Maréchal Moncey. Le titre de cet album est hautement symbolique, puisque Ricordu est le premier studio à s’installer en Corse. Il permet enfin aux artistes corses d’enregistrer dans de bonnes conditions, sans avoir à quitter l’île. Cette petite révolution insulaire en rencontre vite une autre, plus vaste, à un moment où la production musicale était figée dans le genre de la chansonnette légère ou nostalgique. Tout était à réinventer à cette époque. Car la Corse des années 1970 est en pleine ébullition politique, mais aussi culturelle. Depuis l’après-guerre, l’île a été bouleversée : ses structures traditionnelles s’estompent et sa langue et sa culture semblent prises dans ce mouvement. En réaction se développe le Riacquistu, comme une affirmation identitaire, passionnée et partagée, pour sauvegarder et réinventer le patrimoine corse. Ricordu est le témoin privilégié de cette renaissance. Dans les studios naissants de Ricordu se pressent chanteurs et musiciens venus de toute l’île, à l’invitation de Jean-Paul Poletti. Ils y enregistrent les chants polyphoniques traditionnels des « piève de l’intérieur », avec la ferveur de ceux qui refusent que le passé se perde dans l’oubli. Une alchimie presque magique opère dans les studios, où Antoine Leonardi comprend que c’est l’âme même de la Corse qui se met à chanter. Canta u Populu Corsu est né. L’album « Eri, Oghje, Dumane », sorti en 1975, a un retentissement formidable, rencontrant les aspirations de toute une génération qui veut se projeter dans l’avenir forte de son héritage. Le Riacquistu prend alors une toute autre dimension. Ce premier « Canta » devient la matrice de nombreux autres groupes : I Muvrini, Chjami Aghjalesi, Diana di l’Alba… Et tous viennent enregistrer dans les studios Ricordu, réceptacle des mots et des mélodies de l’île. Le public est réceptif, il se reconnaît dans la force et la passion qui se dégagent de ces premières productions.

Professionnalisation et consécrations
A travers Ricordu, Antoine Leonardi œuvre pour la reconnaissance des artistes corses : pour cela, il faut leur rendre accessibles les meilleures conditions d’enregistrement possibles. L’amateurisme et l’esprit d’aventure qui animaient les premières productions ont vite laissé place à une recherche permanente de perfectionnement. En 1981 le studio migre d’Ajaccio à Bastelicaccia : entre mer et montagne, il prend plus d’ampleur et offre des conditions acoustiques optimales. Mais un défi technique essentiel se présente : comment rivaliser avec les meilleurs studios, avec les moyens limités qui sont ceux de Ricordu ? Les grandes productions bénéficient alors de consoles de mixage multipistes, qui permettent de traiter chaque sonorité à part (voix, guitare, percussions…). Ces consoles, coûteuses, nécessitent également plusieurs ingénieurs du son pour le mixage: un luxe inaccessible. L’ingéniosité et la volonté pallient néanmoins à l’impossibilité d’investir. Après une année de travail, l’équipe de Ricordu parvient à concevoir et fabriquer une console de mixage automatisée : la première au monde. Le saut qualitatif est considérable, faisant entrer les groupes corses dans une nouvelle dimension sonore et permettant au studio d’évoluer rapidement. Les années 1980 puis 90 sont celles de la consécration pour cette musique corse promue par Ricordu. Elle s’ancre profondément dans le public insulaire, et sa réputation dépasse les frontières de l’île. Elle accède à un niveau de qualité de premier plan en même temps qu’à une reconnaissance nationale et internationale. Les groupes et artistes de la nouvelle scène défilent au studio : Diana di l'Alba, Petru Guelfucci, Felì, Michel Mallory, Surghjenti, Jean Mattei, Voce di a Gravona, Vaghime, Voce Emuzione, Alte Voce, Terra… Les figures historiques restent également fidèles à Ricordu : Canta, Poletti, les Chjami, mais aussi, Paulo Quilici, Antoine Ciosi, tandis que d’autres, tels I Muvrini, volent vers d’autres cieux, portés par leur admirable succès. La vie du studio est rythmée par de beaux moments, dont certains sont inoubliables, telles les visites et enregistrements de Gilbert Bécaud avec « Petru Guelfucci », de Pierre Bachelet avec « Vaghjime » et de David Berkeley avec « Jean Menconi ». Ricordu aujourd’hui est riche d’un répertoire d’une centaine d’artistes, et de près de 3000 titres enregistrés.

III. Vidéo : Toutes les couleurs de la Corse

Un témoignage visuel pour l’île
Dès ses débuts, le studio Ricordu s’est orienté vers la production vidéo, comme la continuation logique de son activité musicale, dans une démarche générale de mise en valeur du patrimoine insulaire au sens large. Persuadé que la Corse, île-monde, regorge de décors naturels stupéfiants et propose une panoplie infinie de paysages, Antoine Leonardi œuvre pour y développer le secteur cinématographique. Comme avec les chants, la priorité est d’abord d’immortaliser les traditions à travers les images. Il s’y atèle dès 1976, notamment avec le documentaire « A Tumbera », tourné à Pietroso, relatant les scènes du quotidien rural corse d’alors : le berger et son troupeau, l’artisan confectionnant des paniers en osier, le patron de bar également éleveur, produisant sa propre charcuterie… toute une âme qui s’imprime dans l’écran. Pour le Musée des Arts et Traditions Populaires, il filme « l’Altra Strada », ou la dernière transhumance entre Galeria et le Monte Cintu, captation essentielle pour la mémoire de l’île. C’est dans cette même veine que dans le début des années 1980 Ricordu participe à la première coproduction régionale avec FR3 Corse, un court métrage de fiction mettant en scène un récit de passion musicale à tonalité sociale, situé à Vico. Comme dans le domaine musical, les projets filmiques de Ricordu s’accompagnent d’une grande exigence technique. Ainsi, à l’époque du noir et blanc, Antoine Leonardi privilégie le format vidéo au détriment des traditionnelles pellicules. Ce sens poussé de l’innovation rencontre une nouvelle fois la marche de l’Histoire : en janvier 1980 éclate l’affaire Bastelica-Fesch et sa tragique montée de tension faisant plusieurs victimes à Ajaccio. Antoine Leonardi, pigiste à FR3 Corse, en compagnie de Francis Rombaldi journaliste cameraman à FR3 couvrent l’évènement. Équipé pour la 1ère fois de caméras vidéo ces instants captés sur le vif sont envoyés le soir même par ondes hertziennes sur toutes les chaînes nationales, alors que les autres reporters doivent se plier aux contraintes de la pellicule. Ce dispositif préfigurait celui de news continues qui domine aujourd’hui dans le traitement de l’actualité. Un autre coup d’éclat innovant est à mettre à l’actif de la société à l’occasion d’un reportage en Terre Sainte en compagnie de Mgr Thomas, évêque d’Ajaccio. C’est le premier reportage vidéo en couleur.

Toujours plus belle en images
Au fil des ans, Ricordu constitue un catalogue riche et varié, filmant en Corse et aussi au-delà, toujours avec le même attachement, la même application et la même curiosité. Nombre de ses productions sont primées, telle « La mer et son regard » (film tourné avec Serge Delacroix), qui obtient en 1985 les 1er prix de l’image, du montage et de l’illustration musicale au Festival Mondial du Film Sous-marin à Antibes. Une réussite renouvelée en 1987 avec « Corse, montagne oubliée ». Ce premier docu-fiction sur la montagne tourné en compagnie de Jean Paul Quilici - premier guide corse - a obtenu le 1er prix au Festival du Film de Montagnes à Antibes. « Du soleil de midi au soleil de minuit » destiné à soutenir une expédition corse dans le Pôle Nord, dont le but était une collecte importante de sang, obtient en 1990 le Prix Arnault Tzanck pour les contributions favorisant « l'amélioration des connaissances, de l'efficacité et de la sécurité du dispositif de la transfusion sanguine ». Certains de ces documentaires sont diffusés sur les réseaux nationaux voire internationaux. Ricordu participe également à des reportages réalisés par Bernard Chabert, journaliste et éminent spécialiste dans le domaine aéronautique. (Producteur de l’émission « Pégase » FR3) « L’appel du large » Apollo à la rencontre d’un astronaute, Alan Bean, qui a marché sur la lune « L’Inventeur de l’aviation », retraçant la destinée tragique d’Alberto Santos-Dumont. Ricordu avance et innove toujours dans le domaine de l’image au service de la Corse : ses moyens limités n’entament en rien sa passion, même si nombre de projets n’ont pu bénéficier d’un soutien public qui en aurait facilité la réalisation. Ainsi les merveilles de l’île sont superbement mises à l’honneur avec le 1er DVD sur la Corse «CORSICA Les Secrets d’une terre » Cette immersion dans les traditions, la culture et les paysages corses, rencontre un immense succès, récompensé par une vidéo d’or, puis platine et double platine. Le public tombe à nouveau sous le charme avec « Encore plus belle vue du ciel », panorama enchanteur de paysages immortalisés depuis un hélicoptère : l’œuvre est de nouveau récompensée par une vidéo d’or, puis de platine et double platine avec une diffusion internationale.
Avec le temps, Ricordu a pu installer un département vidéo moderne et totalement équipé pour tous types de projets, du clip au long-métrage. La société a également constitué une précieuse banque d’images numérisées de près de 8 000 minutes sur la Corse : un véritable patrimoine visuel pour l’île ! Depuis le début 2014, Ricordu s’est dotée d’un drone professionnel afin d’aller encore plus loin dans ses captations d’images.

IV. Ricordu : Eri, Oghje, Dumane... per sempre

Depuis son studio moderne, à la pointe de la technologie, accueillant toujours la création insulaire, Ricordu est garant d’un héritage majeur de la vie culturelle corse. La société, reflet du meilleur de ce que l’île a à offrir, peut s’enorgueillir d’un parcours à la fois sincère, riche et désintéressé. Rentable par nécessité, Ricordu n’a jamais fait du profit sa priorité et a toujours réinvesti ses bénéfices dans de nouvelles réalisations, et de nouveaux talents, leur laissant le temps nécessaire pour l’épanouissement. Indépendante, elle a fait du partage une valeur fondamentale : partage du savoir, de la culture, de la beauté… Profondément ancrée dans sa terre, elle a largement contribué à la faire connaître au-delà de ses rivages, et s’est toujours intéressée tant à l’ici qu’à l’ailleurs. Ricordu est actuellement l’une des plus anciennes maisons de production indépendante françaises, et a su évoluer avec son époque dans un souci constant d’innovation. De nombreux projets accompagnent les festivités de ce 40ème anniversaire dont un superbe double album regroupant des titres inédits enregistré spécialement pour cette occasion films et albums. Tous les artistes ont répondu à l’appel avec la motivation et l’enthousiasme qui habitait déjà le studio Ricordu en 1974. Puisant toujours avec bonheur dans ses racines, Ricordu confirme son engagement pour porter haut et fort les voix de la Corse, continuant de graver son message pour les générations à venir. Ces quarante années ont été jalonnées de réalisations essentielles pour le patrimoine culturel corse. Aujourd’hui, une page se clôt pour Ricordu, fière de son héritage, riche d'une belle expérience et toujours animée de la passion des débuts. Antoine Leonardi remercie les artistes, les collaborateurs, les partenaires et le public, qui ont fait de cette aventure une réussite collective.

Pierre-Antoine Marti


Précurseur, RICORDU l'est à plus d'un titre. Voilà 40 ans que le studio de Bastelicaccia oeuvre dans le monde de la musique et a contribué à la renommée de la culture musicale insulaire. Créé en 1974, par la volonté d'Antoine LEONARDI, pionnier dans la production de disques en Corse, le studio a permis aux plus belles voix de l'île de se faire connaître hors de Corse. RICORDU leur a ainsi offert non seulement leur première chance mais encore un véritable un tremplin. Car bon nombre de ces artistes évoluent désormais sur les scènes internationales. Depuis sa création, RICORDU a produit pas moins de 2500 titres et quelques 100 artistes insulaires en leur offrant la possibilité de bénéficier d’un plateau technique performant. L'activité et la présence, depuis 1974 du Studio RICORDU dans le monde de la création, de la production et de l'édition musicale, apportent la preuve s'il le fallait que tout ne se passe pas à Paris…Ricordu est la référence de la musique corse, et le principal acteur de la sauvegarde et du développement de la culture corse depuis 40 ans. La structure de production est située à Bastelicaccia, sur un promontoire surplombant le golfe d’Ajaccio, entre mer et montagne. Nous apportons un soin particulier à votre confort: une structure à dimension humaine, un parc de matériels et une équipe performante. Un service adapté à vos désirs dans un cadre privilégié vous garantira ainsi des séances de travail au meilleur coût. RICORDU devient ainsi un véritable partenaire des professionnels de l’image et du son et répond désormais à l’ensemble de vos besoins depuis le tournage, au montage et au mixage son et peut- être même à la réalisation de votre musique originale.

Corsica encore plus belle vue du ciel

 


Coup de coeur !!!
Voce ventu
Ci serà sempre un cantu
...
 

Conditions générales de vente
© 1973-2001, Editions Ricordu - Corse

 
1 I Mantini
U soffiu di a vita
2 SURGHJENTI
Oghji più che mai
3 Petru Guelfucci
Compilation double album

La suite

 
 
Feli
Solu In Scena - Concert Intégral
Chjami Aghjalesi
E Più Belle
Ricordu
Les plus belles chansons Corses
Voce ventu
Ci serà sempre un cantu
Canta u Populu Corsu
Festa Zitellina

Plus de nouveautés